21/08/2012

Fourmis grimpant aux arbres

J'ai beau aimer cuisiner, feuilleter des livres de recettes comme de vrais romans à suspens ou, mieux, dévaliser un magasin d'ustensiles comme d'autres s'attaqueraient à la Banque de France, j'ai toujours trouvé particulièrement intéressant de remonter aux origines des us, des goûts et des coutumes alimentaires, de savoir pourquoi ci et pas cela...


Le Musée du Quai Branly propose, jusqu'au 30 septembre 2012, une exposition consacrée à l'art de cuisiner et de manger en Chine, depuis l'ère néolithique et la maîtrise de la poterie aux derniers empereurs de la dynastie des Song, au début du siècle dernier. Les "Séductions du Palais" rassemblent des œuvres en céramique, bronze ou laque plus ou moins décorées, pertinentes ou redondantes, provenant principalement du Musée National de Chine et pour la première fois exposées en Occident.


Mais on y apprend surtout que le premier souverain du premier État centralisé (sous la dynastie des Shang, 1570 av. J-C - 1045 av. J-C) possédait une riche vaisselle qui lui permettait, lors des banquets rituels, de communiquer avec les esprits par les émanations des plats. On y apprend aussi que les baguettes sont apparues au moment où l'huile et la graisse animale furent introduites dans la confection des repas. Il devint alors (et logiquement) incommode de manger avec ses doigts. On y apprend encore que la parution du Classique du thé ("Chajing") au VIIIe siècle a codifié, de manière très précise, l'usage du thé (bouilli, frappé ou infusé) en élevant sa consommation à un rang presque religieux.


"Toute nourriture est bonne à penser" écrit Claude Lévi-Strauss. A goûter aussi ? Souvent, oui, mais peut-être pas toujours... Il est dommage, en tout cas, que l'exposition n'ait pas consacré plus de dégustations (plus qu'une seule dégustation) de cuisine chinoise. J'ai tendance à rappeler que la cuisine se vit et se partage. Le catalogue d'exposition, lui, a l'intérêt de rassembler quelques recettes aux doux noms poétiques. Je passe le "poulet ivre" et vous livre en lieu et place des fourmis qui grimpent aux arbres. Ne faites pas de grands yeux, rassurez-vous. Le titre de ce plat très connu en Chine ne se réfère qu'à sa présentation et à son aspect sensiblement imagés qui font leur petit effet...

Pour ces "petites fourmis" (mayi shang shu), il vous faudra :

125 g de vermicelles chinois
225 g de porc haché
1 cuillère à soupe de gingembre frais haché
2 cuillères à soupe d'ail haché
1 cuillère à soupe de pâte de fèves pimentée (ou 1/2 cuillère à soupe de harissa)
3 cuillères à soupe d'oignon vert ciselé
2 cuillères à soupe de sauce soja
45 cl de bouillon de volaille
1 cuillère à café de sucre
huile d'arachide, sel
oignon vert ciselé pour servir

Faire tremper les vermicelles dans de l'eau tiède pendant 15 minutes environ. Dans une sauteuse, faire revenir dans l'huile d'arachide chaude le gingembre, l'ail, l'oignon et enfin la viande sans coloration. Ajouter la pâte pimentée et la sauce soja. Égoutter les vermicelles et verser dans le plat en remuant bien pour que les vermicelles s'imprègnent du mélange. Ajouter le bouillon et cuire doucement jusqu'à ce que les vermicelles soient transparents et aient absorbé presque tout le liquide (la sauce doit être épaisse). Rectifier l'assaisonnement en sel et sucre. Servir en parsemant de quelques ciselures d'oignon vert.

=

L'exposition "Les Séductions du Palais" se tient jusqu'à fin septembre au Musée du Quai Branly, à Paris. Horaires d'ouverture : mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h, nocturnes jusqu'à 21h les jeudi, vendredi et samedi. Entrée gratuite le 1er dimanche de chaque mois.

9 commentaires:

  1. Ca a l'air bon... Et je suis pas là quand c'est cuisiné... Bon, je fais quoi, je boude ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en ferai, je t'en ferai, promis... Surtout qu'il n'y a ni aubergine, ni courgette dedans... :P

      Supprimer
  2. tout cela ne nous dit pas pourquoi ce plat s’appelle "les petites fourmis " :)
    à la vue des photos et des ingrédients, je prends quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fallait lire jusqu'au bout !!! :)) Quand tu manges le plat, les petits morceaux de viande donnent l'impression de s'accrocher aux vermicelles-branches d'un arbre ! Oui, je sais, c'est subtil...

      Supprimer
  3. Je ne savais pas trop si l'expo du quai Branly valait le coup, mais tu m'as bien donné envie. :)

    RépondreSupprimer
  4. Qu'as tu pensé de l'exposition ? J'y vais pour ma part ce week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'exposition en elle-même est assez détaillée, mais manque cruellement d'interaction. Elle est essentiellement centrée sur les objets, avec quelques recettes affichées ici et là. A choisir, le catalogue d'expo est mieux fait...

      Supprimer
  5. intéressant comme expo même si ça manque d'interactivité on apprend quand même bp dommage pas le temps d'y aller trop bookée...

    RépondreSupprimer
  6. j'ai trouvé l'expo à la fois intéressante, par tout ce qu'elle évoque et raconte, et très frustrante car parler de nourriture et de cuisine seulement par des objets et quelques recettes, cela ne comble pas la curiosité éveillée. On aurait peut-être pu avoir des plats réalisés, des reconstitutions, ... Sans doute une question de budget

    RépondreSupprimer

newer older home

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...