07/06/2012

300 souvenirs de Prague

Pour ce 300ème post (déjà ! MERCI à vous !), je vous emmène en voyage... Il est incroyable de voir comment une ville peut changer en dix ans de temps. J'ai connu Prague au tout début des années 2000. Il y avait alors encore quelques relans de la période soviétique, ici ou là, imperceptibles sans doute pour qui en avait l'habitude, flagrants pour un premier voyage "à l'est", comme on dit, une froideur, une austérité, surtout dans les visages de ses habitants, dans les échanges, dans les transports en commun. Cette froideur, cette rudesse font peut-être simplement partie de l'âme slave, de l'histoire d'un peuple qui a dû supporter, puis combattre les occupations successives. Place est faite maintenant au marché mondial, à ses avantages, ses inconvénients qui touchent comme ailleurs les plus défavorisés en premier.


Prague est attachante. Elle ressemble à un décor de théâtre, à un décor de carton-plâtre avec ses façades ocres, roses, vert pâle ou bleues aux bas et haut-reliefs en stuc. Les styles baroques, renaissants, gothiques et art déco/nouveau se mélangent dans la plus parfaite harmonie. Prague n'a pas une histoire mais bien plusieurs et le Pont Charles, intemporel au très petit matin, semble les relier les unes aux autres. Prague a les larmes aux yeux lorsque l'on chemine à travers son vieux cimetière juif et ces douze strates successives, ces stèles effacées-soulevées par les racines des arbres centenaires. Prague est poussiéreuse dans les dédales du musée du communisme et ses statues géantes de Lénine, ses reconstitutions un rien folklorique d'une ère révolue. Prague est exubérante dans le baroque ostentatoire et furieusement doré de l'église St-Nicolas, résolument monacale dans l'extrême dépouillement intérieur de la basilique St-Georges, sur les hauteurs du château, ma préférée...

Une jolie ambiance brocante chez Kavarna Modry Orel
pour un pain-saucisse sur le pouce
Tyn 643 (Ungelt) - Staré Mesto

*

Côté gastronomie, il faudra vous habituer aux plats qui tiennent au ventre, goulashs, viandes panées, pommes de terre, chou rouge, etc... Peu de cuisine "raffinée", les Tchèques vont à l'essentiel, un peu brut, un peu rustique, pour un prix généralement très bas, environ 150-200 couronnes, soit 6-7€ le plat principal. Beaucoup d'efforts ont été mis en œuvre depuis ces dernières années pour actualiser, moderniser les cartes ou la décoration des restaurants, mais il reste encore quelques petits endroits d'un autre temps.

 Gothique tardif pour la superbe voûte du Palais Royal

*


Chez U Modrého Hroznu, il est indiqué à l'entrée qu'on y fait le "meilleur goulash de la ville". Cela pourrait paraitre touristiquement racoleur mais pas du tout. Vaclac Havel y a mangé. Le lieu ressemble à un long couloir d'hôtel de seconde classe (ou passe) avec deux salles de trois tables de chaque côté, fumeur ou non-fumeur. Le mobilier est vieillissant, avec ses peintures paysagées jaunies aux murs et ses bibelots en tout genre, mais on sent que tout a été choisi avec soin et précaution, des serviettes en tissu blanc épais au petit pot de fleurs en plastique. Le service est, lui, irréprochable, digne, curieusement, d'un restaurant étoilé. Pourtant, pas de grande cuisine, la cuisine est très simple, avec une escalope de veau panée, une salade de pommes de terre, un goulash, il est vrai, particulièrement bon, et un riz sauvage bien trop cuit. Un petit bouquet de persil frisé en présentation. L'impression de consulter les fiches cuisine du Modes & Travaux d'août 1985, le classeur en prime... Mais l'adresse reste sympathique.

U Modrého Hroznu
  Husova 15 - Staré Mesto

*
Pour le même prix (étonnamment) et une cuisine un peu plus raffinée, il vous faut aller au Café Impérial de l'hôtel du même nom. L'endroit vaut à lui seul le détour, tout comme le lavabo des toilettes, superbement orné d'un robinet-cygne plaqué or (voir photo plus bas), charmant. La salle est d'inspiration art déco, splendide, avec ses colonnes octogonales monumentales de faïence blanche, jaune et bleue "à l'antique", son plafond de mosaïques végétalisées. Une merveille. On est au début du siècle passé. On a envie de charleston, de gomina dans les cheveux, de casinos cachés derrière des portes dérobées... Vous avez encore faim ? Dirigez-vous alors sur les hauteurs du palais, dans cette rue pentue aux demeures colorées et arrêtez-vous lorsque vous verrez le Prince Venceslas sur un cheval fougueux. Avec l'adresse, c'est encore mieux. Vous êtes chez U Zlaté Podkovy. Tables et bancs en bois rustique, fers à cheval aux murs, vous pouvez y goûter un goulash traditionnel de bœuf aux oignons grillés et piments, avec des knedlikys (sorte de quenelles de mie de pain) et gnocchis, selon la recette du premier brasseur de la Brasserie Pilsen. La côte jusqu'au Château sera plus dure à monter après déjeuner, je vous préviens... Mais les calories éliminées.

Goulash chez U Zlaté Podkovy
 Nerudova 220/34 - Mala Strana

*
 Petites pierres-prières au cimetière juif

*
 Cigne doré au Café Impérial
Na Porici 15  - Nové Mesto

*
 L'exubérante église St-Nicolas

*

A éviter, l'Architektuur, pourtant recommandé par le routard. On y est reçu comme un chien dans un jeu de quilles et l'excentré Pizza Coloseum également, si vous avez soudainement une envie d'Italie. Le restaurant est sponsorisé par Coca-Cola, jusque dans ses sets de table, et le serveur vous signale ostensiblement que le pourboire n'est pas compris, en attendant auprès de vous la main tendue. Très peu pour moi. Pas même le moindre souvenir de ce que j'y ai mangé... Les effets secondaires de trop d'absinthe sans doute... Reste pour moi maintenant à découvrir Prague sous la neige.

 

5 commentaires:

  1. De bien jolis clichés qui me rendent nostalgique de cette ville où je suis allée il y a maintenant plus de quinze ans… quand j'y retournerai, j'aurai de bonnes adresses à tester !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce très joli voyage. Comme pour les 299 billets précédents, c'est toujours avec grand plaisir que je viens suivre les aventures de M. le Poulet. :)

    RépondreSupprimer
  3. je ne pense pas y aller, mais j'aime toujours voyager en images!...merci pour ce beau 300ème!.....

    RépondreSupprimer
  4. Prague sous la neige, on pourrait le faire à 4...

    Jolies les photos !

    RépondreSupprimer
  5. Faudra que je te donne une adresse, il paraît qu'il y a le meilleur resto italien du monde là-bas, dixit mon homme...

    RépondreSupprimer

newer older home

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...