17/03/2012

Nous y Voilà

Et pas youpi. Très loin de ça. Petite virée du côté de la place du Colonel Fabien, dans le 10ème arrondissement de la capitale, pour déjeuner au nouveau restaurant de Patrice Gelbard nouvellement ouvert, au nom prometteur, Youpi et Voilà. Le lieu appartient à cette lignée de bistros tendance qui misent sur les tables et les chaises en bois vintage dépareillées, les murs de briques ou de pierres nues et les lampes industrielles. Cependant, certains sont mieux réussis que d'autres. Youpi et Voilà manque de chaleur, de caractère affirmé dans son décor. Dans sa cuisine aussi. C'est moyen, très moyen, par rapport à d'autres restaurants similaires aux prix équivalents.
Salade de mulet noir au pamplemousse

...

L'entrée est toutefois intéressante et joliment composée : Salade de mulet noir au pamplemousse. Le pamplemousse est excellent, les oignons au vinaigre sucré apportent un peu de douceur. C'est frais même si le mulet s'y perd un peu. Le plat vient, sans plaisanter, deux minutes après avoir fini l'entrée. Bon... Du moins, une assiette sur trois. Il faudra attendre que le serveur remarque les deux filets mignon de mes convives de table attendant sur le zinc pour commencer à manger.

Féra du Lac Léman, tombée de cresson

...

Encore une belle composition, mais la quantité n'est pas du tout au rendez-vous. Ni l'assaisonnement. Besoin de sel pour trouver du goût, contrebalancer l'amertume du cresson en tombée, curieusement trop grasse, malgré la julienne de pommes-fruit crues. La purée d'accompagnement était à je ne sais pas et les deux portions de féra du Lac trop petite. Bref, j'ai fini mon deuxième plat et j'ai faim. C'est la première fois que l'on se voit obligés de prendre une assiette de fromages. C'est visiblement la première fois aussi qu'on leur en demande une, en cuisine, vu leur étonnement. La sélection des fromages est excellente, mais à part quelques reconnaissables familiers, on ne saura pas ce qu'on mange... Le crumble, enfin, aux pommes Fuji arrive froid, avec une glace à la fève tonka trop froide aussi. L'intérêt n'est-il pas généralement de jouer sur un contraste chaud-froid ? C'est un parti pris, pas le mien. Pas enthousiasmant. Comme cet appareil à crumble.

Crumble aux pommes Fuji, glace à la fève Tonka

...

Il y a peut-être une période de rodage à l'ouverture des nouveaux restaurants, me direz-vous. Mais l'impression (mon impression toute personnelle) est que les choses sont faites ici un peu à la va-vite, sans réelle attention ou intention. La chose me paraît encore plus flagrante lorsque je relis les propos du propriétaire affirmant que "[sa] priorité c’est le lien humain" et d'ajouter qu'"il n’y a volontairement pas de second service pour prendre le temps et créer une véritable bulle de partage autour d’une assiette." Rien ressenti de cela et j'ai bien mieux mangé ailleurs pour 29€ au final, ceux qui lisent ces pages régulièrement savent où vont mes préférences. Voilà... C'est dit.

Youpi et Voilà - 8, rue Vicq d'Azir, 75010 Paris - tél : 01 83 89 12 63. Formules entrée + plat + dessert à 25€, entrée + plat ou plat + dessert à 20€, plat seul à 16€.



15 commentaires:

  1. je note pour ne pas y aller...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu peux, Mamina, te faire un avis par toi-même ! Je donne juste ici mon opinion personnelle, ça peut plaire à d'autres...

      Supprimer
  2. http://blogs.lexpress.fr/restaurant/2012/03/10/youpi-et-voila-traaaaaaanquille/#comment-45737
    voila qui va te réconforter !
    Nb; je suis du même avis que Laurent ...plus le coté négligé, flegmatique et en dilettante de l'endroit et de l'ambiance qui n'est pas convivial

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'article de L'Express est assez juste, en effet...

      Supprimer
  3. il se passe quelque chose pour toi en ce moment autour du pamplemousse ;-)
    ils ont besoin peut être de temps ?
    Brigitte
    Brigitteathome

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y peux rien, je raffole du pamplemousse ! Besoin de temps, je ne sais pas, le chef a quand même quelques années de pratique derrière lui... Et même si c'était un jour "sans", ça n'explique ni ne pardonne pas tout...

      Supprimer
  4. PETIT RAPPEL

    Face aux critiques (négatives) que j'ai pu avoir ici ou là quant à mon manque de "sérieux", je tiens simplement à rappeler à mes lecteurs que ces pages sont destinées à retranscrire au mieux mes récits de table. Je n'ai aucune prétention à me considérer critique gastronomique ou journaliste. Les textes que j'écris ne sont pas faits pour alimenter le buzz autour de tel ou tel restaurant ou de descendre tel ou tel chef sans raison apparente. Je n'ai aucune science infuse, seulement mon palais, mes sens, mes émotions et une certaine idée du plaisir de l'assiette. Mon jugement n'est jamais hâtif, sans argument, mais au contraire honnête et, j'espère, un minimum pertinent. La cuisine révèle le tempérament d'un chef, sa personnalité. Il m'est arrivé de ne pas être sensible à une personnalité. C'est ainsi des rencontres et des non-rencontres. Je suis beaucoup plus critique sur les approximations. Quand bien même, les critiques doivent être constructives et les égos laissés de côté. De chaque côté du comptoir. A chacun ensuite de se faire sa propre opinion et de venir la partager. 

    RépondreSupprimer
  5. (ouh la la ça rigole pas chez Chicken Kitchen en ce moment)
    Bon ben moi j'aime ces critiques teintées de remarques très subjectives quand elles sont toujours... constructives, dire que le mulet se perd un peu, que la quantité n'est pas au rendez-vous c'est émettre un avis ET un conseil de client éventuellement prêt à revenir... Je comprends aussi que certains chefs mettent beaucoup d'égo dans leur cuisine... quoique sous cet angle, leur cuisine reflète alors leur mentalité O-O bon ben moi je ne suis pas prête de traîner dans ce quartier mais je note que finalement cet essuyage de plâtres n'est pas si négatif : j'ai cru comprendre qu'à Paris pour 29 euros on pouvait tomber sur du franchement piège a bobo-gogo sans espoir!!!!!

    RépondreSupprimer
  6. PS : je me suis fait allumée sur un billet en espagnol dans le texte parce que je faisais remarquer que les critères d'évaluation du Michelin étaient un peu ringards (impossibilité matérielle d'évaluer les repas de dégustation où s'enchaînent des tapas) surtout au sujet d'une polémique sur des restos parisiens du 11° qui fait écho (d'une certaine manière) à la non-troisième étoile de Quique Dacosta, alors... moi je dis : un blog c'est perso, forcément subjectif... ce qui n'empêche pas d'être constructif... au lecteur de faire la différence... ou non

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru, pour te répondre, que le monde des blogs culinaires était un monde d'échanges et de partages. En fait, pas toujours. Internet permet à certains de déverser leur agressivité derrière leur écran d'ordi, en prenant parfois les bloggers, objets de leur fièvre, pour des immatures stupides, "sans aucune méthodologie". Je vais être rancunier. On m'a dit que c'était très moyen de se précipiter dans ce restaurant deux semaines seulement après son ouverture et sans surtout avoir eu connaissance du passé du chef. Comme s'il fallait faire une thèse avant d'aller déjeuner. J'aurais dû prendre en compte une période de rodage. Mais le chef n'est pas nouveau dans la profession. Demande-t-on des périodes de rodage aux autres professions ? Non. Et quid des clients durant cette période ? Sont-ce des cobayes ? Je me sens tout à fait honnête avec mon jugement...

      Supprimer
  7. Ca me fait penser à Qui Plume la Lune.... Je m'étais sentie plumée... Le prix n'était pas du tout en accord avec ce que j'ai mangé là bas...
    Les photos donnent pourtant envie ;-)
    Moi j'aime quand il y a de la quantité !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as raison de le soulever,d'autant plus que les prix on doubléset les portions diviséees par deux. est cela le savoir faire,sourire.

      Supprimer
    2. ah oui la bas c'est sur il ne plume pas que la lune.c'est pas l'effet kiss cool mais kill bobo.

      Supprimer
  8. Les blogs "à succès" finissent toujours par recevoir un flot de méchancetés, de jalousie et de médiocrité de la part de personnes qui n'apprécient peut être pas le succès du voisin.
    Comme on dit souvent, on ne peut pas plaire à tout le monde. L'important c'est la qualité, et ici elle est au rendez-vous.
    Par ailleurs, si tu veux une meilleure adresse dans le même coin, beaucoup plus chaleureuse et moins chère en plus : Le Café Épicerie, rue Sambre et Meuse. Un café restaurant au plat unique, à l'ambiance très décontractée et bon enfant.

    RépondreSupprimer
  9. En passant je note que tu aimes le pamplemousse, je te conseille d'essayer la salade de pamplemousse du Krung Thep, le resto thaï de la rue Julien Lacroix (20). L'accueil est catastrophique mais bon, quand on aime le pamplemousse, ça se goute, y a pas à dire :)

    RépondreSupprimer

newer older home

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...