10/09/2011

De l'intérêt d'une crêpe en Gastronomie

Rendez-vous était pris, ce vendredi, nous irions à cette toute nouvelle crêperie gastronomique qui vient d'ouvrir rue de l'École de Médecine, sous l'initiative de Stéphane et Jean-Yves Rochon et la complicité de l'épicier Olivier Roellinger. Bretonne, évidemment.

Le lieu est beau, très beau même. Parquet noir, murs blancs moulurés, hortensias sous véranda, le tout graphiquement superbe et reposant. Quelques détails choisis rappellent ou appellent l'influence maritime : maquettes de voiliers, peintures marines, lithographies de bigoudènes et pêcheurs, assiettes paysagées (Bernardaud, très belles) et chants de cornemuses en fond musical.

Le restaurant se qualifie lui-même, je l'ai dit, de "crêperie gastronomique", on s'attend donc à des plats d'un certain raffinement qui pourraient s'associer à la décoration plus que léchée. Malheureusement, pas de surprises, pas d'étonnement. Pas mauvais, mais pas transcendant. J'ai même du mal, un jour après, à me souvenir de chacun de mes plats. Un savant pliage de crêpe ne fait pas tout.

La carte propose des crêpes classiques et saisonnières. J'opte pour les saisonnières. Je prends une galette au coeur d'artichaut, poivrons, huile d'olive de Sicile et vinaigre celtique. Pas de chance, il n'y a plus de poivrons. Et pas de geste non plus sur l'addition. L'artichaut est servi avec une crème au goût indéfinissable. Le vinaigre est, lui, inexistant.

J'opte ensuite pour les langoustines au fenouil, fenouillette et cacahuètes. Pas de chance encore, il n'y a plus de langoustines. Ce sera noix de St-Jacques, très bonnes bien qu'un peu trop cuites, mais assurément trop poivrées et servies avec une sauce vanillée salée beaucoup trop prononcée qui étouffe littéralement les noix.

Pour le dessert, je compte me rattraper sur une crêpe aux abricots tièdes et macis, mais, cela devient une habitude, plus d'abricots : des figues compotées trop sucrées pour une galette trop beurrée. La sorte de crème de mascarpone (?) qui les accompagne fait ressortir là-encore un goût indéfinissable, d'une banale neutralité.

Les crêpes de St-Jacques



Certes, le prix est intéressant, les produits "importés" de Bretagne peut-être de très bonne qualité, mais en aucun cas, cela suffit. Il y a trop d'écart entre le lieu, la volonté et les plats présentés, trop d'approximations comme cette carte curieusement non mise à jour, du jamais vu.


Heureusement, Christian, notre serveur, était aimable et particulièrement souriant, ce qui a aidé à faire passer le tout. Et quand je me prends à lire certains articles de critiques gastronomiques que je ne nommerai pas, je me dis que nous ne sommes pas allés au même endroit. Dommage, voilà... Pour vous faire un autre avis, lisez le billet de ma comparse Lili à cette adresse-ci !

Le Comptoir de Bretagne - 9, rue de l'École de Médecine, 75006 Paris - tél : 01 43 29 39 00.



Et de la Bretagne à Paimpol, il n'y a qu'un pas ! N'oubliez pas que vous avez jusqu'au 14 septembre prochain minuit pour participer au jeu-concours "A Chicken in the Kitchen / 10zign" avec de très beaux lots La Paimpolaise et Marlette à gagner !

16 commentaires:

  1. De magnifiques photos comme toujours pleines de poésie. Par contre, c'est fou ça ! Quand je commande un plat, je m'attends à découvrir quelque chose de vraiment délicieux, et je me réjouis même pour mon choix (et si ma gourmandise me le permettait je commanderais toute la carte, tellement tout doit être délicieux). Je comprends ta déception. C'est plutôt curieux ça quand même, choisir un plat sans y voir l'ombre des ingrédients présentés à la carte ... C'est dommage. Ce sera peut-être meilleur une prochaine fois ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci Léna pour ces jolis compliments sur mes photos, je me fais plaisir tout simplement, j'avoue... ;) Quant au reste, il y avait, comme je l'ai dit, beaucoup trop d'approximations, et je ne comprends pas qu'une carte ne puisse pas être à jour. Sur un plat, cela peut arriver, sur trois, non... Peut-être faudra-t-il y retourner une fois la machine lancée, je reste un peu dubitatif sur la chose... Bon dimanche !!!

    RépondreSupprimer
  3. Personnellement, je pense que ces lieux sont des concepts marketing: 1 chef + 1 décorateur + 3 attachés de presse et un bon réseau...le tour est joué tout le monde se pâme (pas toi, of course)... Quand je vois la photo sur le lien ci dessous), les bretons de Montparnasse font tout aussi bien on en fait pas une crêpe !!!!! http://francoissimon.typepad.fr/simonsays/2011/09/paris-la-nouvelle-cr%C3%AAperie-rochon-roellinger.html
    Tes photos sont toujours magnifiques, je les adore...mais peut être parfois trompeuses...
    Si ils sont fermés, eux en Aout, je n'aurai aucun regret!

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai mon Lolo que tu n'as pas eu de chance avec tes choix !! Moi j'ai plutôt pas trop mal mangé mais 38 euros pour un repas de crêpes (sans vin), ça a du mal à passer...Et puis pas très pro, vraiment...

    RépondreSupprimer
  5. @ Valérie : je crois que tu as entièrement raison, il y a sans doute quelque chose du concept très tendance où tout le monde se pâme... Comment as-tu su que je parlais justement de François Simon ? J'ai du mal décidément avec ses critiques... Et puis pour les photos aussi, tu as sans doute raison... Mais le lieu est vraiment beau. J'espère être suffisamment honnête et objectif dans mes propos pour compenser !

    @ Anne (ma grenouille préférée) : je ne dirai qu'un mot : on retourne quand chez Bertrand & Théo ? :))

    Quelque chose me dit que mon post va avoir quelque chose à voir avec celui d'un café italien... :p

    RépondreSupprimer
  6. Aaaaahhh ! Septime !!! (grenouille en pâmoison)

    RépondreSupprimer
  7. ben c'est le gluten des crêpes qui vous fait cet effet là !
    Je réserve ma réponse sur mon billet à venir....Quel teasing!

    RépondreSupprimer
  8. "BIENTÔT SUR VOS ECRANS... LILI... UNE BOÎTE... UNE CRÊPE... LA BRETAGNE... L'AVIS DE LILI..."

    ^_^ !!!

    RépondreSupprimer
  9. Eh ben!Je ne suis pas prete de changer de Breizh Café alors!
    Pour moi une crêpe, c'est un instant pas prise de tête donc simple avec des ingrédients simples.
    L'idée d'une crêpe gastronomique comme ca, ca ne me branche pas mais j'aime l'idée du concept.
    Par contre, je deteste ces endroits qui n'ont pas prévu assez d'ingrédients. Je suis consciente que ca puisse arriver mais à chaque plat? Et encore, le serveur était aimable donc ca rattrape...
    Je testerai peut-être à l'occasion...;

    RépondreSupprimer
  10. Comme quoi , l'emballage ne fait pas tout ...
    Bonne soirée ...
    ♥♥♥

    RépondreSupprimer
  11. Effectivement, ta critique semble confirmer l'avis de nombreux testeurs de cette crêperie !

    RépondreSupprimer
  12. Pour F.S., Mon petit doigt me l'a soufflé,...et ces endroits sont beaux, si beaux qu'on en oublierait (presque) l'assiette... Bonne semaine. Valérie

    RépondreSupprimer
  13. Comme quoi, il faut un peu plus qu'un beau cadre.

    RépondreSupprimer
  14. mon expérience à la compagnie de Bretagne n'a pas été très convaincante: les galettes ne sont pas spécialement bonnes, pas très garnies, chers
    par contre je ne suis pas d'accord avec toi en ce qui concerne le Breizh Cafe, pour moi leurs galettes sont vraiment très bonnes. si tu penses qu'il y a mieux à Paris, je suis preneuse de l'adresse. Merci

    RépondreSupprimer
  15. J'ai du retard dans mes réponses... Merci pour vos commentaires ! Je constate que nous sommes presque tous et toutes du même avis. Attention aux emballages trop clinquants !

    et @ The Kitchen : je ne connais pas du tout le Breizh Café, mais je ne demande qu'à essayer !

    RépondreSupprimer

newer older home

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...