23/06/2011

Mon premier concours (course à pied, pied à terre...)

Lorsque j'étais enfant, j'avais l'habitude de quelques goûters improvisés et longuement hérités. Il fallait pour cela un paquet de Véritable Petit Beurre et une motte de (bon) beurre, pas trop dur. Et un couteau, à bout rond, j'oubliais... Le but de la chose était de faire des sandwiches de Petit Beurre au beurre, très peu régime, il faut l'avouer, et surtout sans rien casser. Trois strates pour les plus téméraires. Deux, pour les plus pressés et les plus affamés.

La découverte, l'autre jour, de ce livre tout carré et peu épais, aux éditions Marabout, consacré aux produits-phares de notre patrimoine culinaire, m'y a fait repenser. J'ai rajouté au beurre quelques framboises (une idée soufflée) et voilà mon petit goûter revisité... J'en ai fait, des satisfaits... ;)

"Les tout petits" de Marabout, bout de ficelle, font également la part belle aux Carambars, coquillettes, boites de sardines, Vache qui rit (sans un pli) et autres laits concentrés... Ils sont en vente, dans toutes les bonnes librairies, au prix de 3,50€. Plus d'informations sur www.marabout-cote-cuisine.com.

Pour mon tout premier concours, je vous propose de gagner 8 exemplaires de cette série. Racontez-moi votre plus joli souvenir culinaire d'enfance, sucré ou salé, lié (ou pas) à un produit-phare de nos traditions qui a traversé les générations. Vous avez jusqu'au 17 juillet prochain, inclus. A l'issue, 8 gagnants seront tirés au sort par la douce main du Poulet et recevront un petit livre de la collection, c'est aussi simple que ça... Notez que les lots seront également tirés au sort pour une plus équitable attribution.

Et merci à Marabout pour son précieux soutien, tiens... il fait beau... ;)

46 commentaires:

  1. Trop chouettes les photos, tu fais honneur à nos livres !

    RépondreSupprimer
  2. Je veux l'âne ! Trop chou... M'en vais reflechir à ce concours....

    RépondreSupprimer
  3. Une idée comme cela pour les blogueurs, faites un billet avec votre participation, publiez le avec un lien vers le billet du poulet ...pour le remercier de ces jolis lots! Elle est pas belle mon idée dis Laurent ?

    RépondreSupprimer
  4. @ Marabout : MERCI ! Je me suis amusé à faire ces petites photos...

    @ Lili : ah, l'âne... Il vient de Belgique, mais je te dirai où trouver ces petites marionnettes à doigt dans Paris...

    @ Lili (bis) : en voilà une bonne idée ! Mais c'est aussi pour remercier mes lecteurs et lectrices fidèles que j'ai eu l'idée de cette petite chose. ;)

    RépondreSupprimer
  5. Les goûters d’enfance ne se perdent pas si vite, mais se font plus rares avec le temps. Mais n’oublions pas les grands enfants que nous sommes devenus aujourd’hui. Il faut bien reconnaitre que les traditions prennent toute leur splendeur quand elles se perpétuent.

    Mon goûter d’enfance : un truc pas très light, je le reconnais. Pas étonnant quand on voit comment un quatre heure peut vite se transformer en véritable festin. Petite, j’avais pour habitude de prendre un croissant au beurre et de le fourrer avec de l’emmental et du jambon avant de la passer quelques instants au four (avec l’aide de Môman). Je me suis tant régalée avec ce goûter. J’en étais plus que friande, mais aujourd’hui mes élans à prendre des goûters gras ont presque disparu. Je dis bien presque car de temps à autre je me délecte bien d’un croissant chaud fourré au saumon fumé, fromage blanc (o%) et ciboulette … Un délice, un peu plus light cette fois.

    RépondreSupprimer
  6. @ Léna : merci pour ta participation ! Effectivement, ce n'est plus un goûter, c'est un vrai repas !

    Par contre, n'oublie pas de m'indiquer une adresse email pour que je te contacte si tu gagnes !

    Vous pouvez tous et toutes me contacter à :
    kitchenchick@live.fr

    RépondreSupprimer
  7. J'étais tellement contente de participer à ce concours, que du coup, j'ai perdu toutes mes bonnes manières.

    Alors un grand merci à toi pour ce sympathique concours.
    À tout bientôt,

    RépondreSupprimer
  8. trop chou ces photos....je ne connaissais pas ces livres......Marabout, arrêtez de faire des livres toujours plus chouettes.....

    moi, mon goûter d'enfance est à la limite du déprimant mais j'ai encore le goût dans la bouche quand j'y pense : quand je sortais de l'école, ma mère m'achetait un pain au lait et une barre individuelle de Milka à la boulangerie, et je glissais le chocolat dans le pain en faisant attention de ne pas l'ouvrir en 2....pour faire un sandwich....c'était moëlleux et divin.....je me régale rien que d'y penser....

    (email : karmalaa60@hotmail.com)

    Merci pour ce concours ;-))

    RépondreSupprimer
  9. Excellente idée! Pas le temps là, de donner un souvenir culinaire, il y a les enfants à aller chercher à l'école! Mais, le premier qui me vient, comme ça est à base de lait sucré... A bientôt et merci pour ce concours!

    RépondreSupprimer
  10. Belle idée je vais réfléchir ;)

    RépondreSupprimer
  11. moi aussi je veux le petit âne ! et si c'est une marionnette doigt en tricot… ce ne serait pas une mamie (japonaise ?) qui réalise ça dans sa micro boutique du marais par hasard ?
    alors, pour en revenir à ces souvenirs d'enfance… petite, en vacances, quand ma grand-mère n'avait plus de pain pour nous râper de gros copeaux de chocolat sur une belle couche de beurre… on se contentait de glisser un carré de chocolat entier entre deux petits beurres justement !

    RépondreSupprimer
  12. j'aime beaucoup le playmobil et l'âne tricoté (est-ce bien un âne d'ailleurs?) qui posent avec les livres et les biscuits..

    RépondreSupprimer
  13. Ah les souvenirs d'enfance, que de nostalgie!
    C'est trop marrant parce que je faisais pareil avec les p'tits beurre, une couche de beurre ou de confiture!
    Sinon j'ai pleins de souvenirs de goûters de mon enfance: la tartine de confiture, le pain au chocolat sur le trajet de l'école... Je me souviens aussi du sablé de la boulangerie en forme de canard (oui oui de canard) avec son bec doré à l'oeuf dans lequel je croquais toujours en premier!

    RépondreSupprimer
  14. Prof d'anglais23 juin 2011 à 22:05

    Des souvenirs culinaires d'enfance, j'en ai des tonnes. Mais il y en a deux qui surpassent tout. Un pour chacun de mes grands mères...

    - côté français, la galette dans la poele. Quand ma Mémé faisait une tarte, le reste de pâte brisée ne se perdait pas. Pas question d'en faire une tartelette. Non non non ! Mémé abaissait ce reste de pâte, chauffait du beurre dans une poele, faisait cuire la galette, et nous la servait chaude, saupoudrée de sucre. Un dessert.

    - côté allemand, ce sont les chaussons au pommes faits maison. Pâte sablée, pommes et cannelle. Je pouvais en manger des tonnes. Avec mon cousin, on en volait même le soir, pour les boulotter en cachette dans notre chambre. Toujours dans le même saladier (qui m'est réservé pour l'héritage - c'est la seule chose que je veux), et saupoudrés de sucre glace. Mon plus beau souvenir d'enfance, je pense...

    RépondreSupprimer
  15. très joli concours !!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  16. Chez moi le goûter a toujours été un moment sacré de la journée. Et il l'est resté. Pas un jour ne passe sans que je prenne un vrai goûter!
    Mon plus beau souvenir:
    On habitait pas bien loin de l'école mais j'ai le souvenir que ma mère venait nous chercher avec un sandwich maison: dans de la baguette, elle mettait du beurre et du nutella! Je ne sais pas comment elle pouvait mélanger les deux. J'en serai incapable aujourd'hui.
    Mais c'est peut-être un de mes plus vieux souvenirs.
    C'était bon de retrouver notre maman qui pensait à notre gouter alors qu'on était chez nous en moins de 5 minutes. Et on se regalait sur le chemin du retour..
    C'est sur, je ferai pareil avec mes gosses plus tard!

    RépondreSupprimer
  17. Les petits beurre me rappellent tendrement un gâteau au chocolat sans cuisson que ma petite maman me préparait le mercredi après-midi...

    RépondreSupprimer
  18. Chez moi , c'était le berlingot de lait concentré ... Meilleur quand il était "piqué" en douce !
    Belle journée , c'est bientôt le week end ...

    ♥♥♥

    RépondreSupprimer
  19. Pour moi, sans doute plus âgée que CL....le lait concentre sucré n'était pas encore en berlingots mais déjà en tube..... Et un de mes souvenirs gustatifs préfères est son gout sur une tartine beurrée.....ça coule, mais c'est si bon!...

    RépondreSupprimer
  20. J'aurais plutôt des souvenirs de binoclarde boutonneuse. Plutôt salée (la recette pas l'histoire tout de même...) Les sardines en boites.. Yum!.

    RépondreSupprimer
  21. Super sympa ce snack et ce livre.

    Une spécilaité bien suisse que je mangeais déjà quand j'étais petite: les zwiebacks tartinés avec du Cenovis et du beurre(le cousin végétarien et suisse de la Marmite). Trop bon, mais pas pour les âmes sensibles car c'est vraiment un goût acquis. J'en raffole encore aujourd'hui.

    Bises et bon WE,

    Rosa

    RépondreSupprimer
  22. Très sympa ce concours...
    Allez, je tente.
    Pour le goûter, ma délicieuse mamie me fesait une grande tartine de beurre elle saupoudrait généreusement, par dessus de cacao en poudre, et à peine le dos tourné, je me jeté sur la cuillière avalé vite le cacao et souvent je manquais de m'étouffer.
    Ah la gourmande ....
    Sinon, quand ma maman ne travaillait pas, j'avais droit à un bon pain au lait avec une barre de chocolat que j'enfonçais délicatement dans ce pain si moelleux.
    Merci pour ses bons souvenirs qui remontent à la surface

    RépondreSupprimer
  23. Merci, d'ores et déjà, à toutes vos participations et à tous vos souvenirs partagés ! La cuisine est avant tout liée à l'enfance, j'en suis persuadé, peut-être là où nos sens sont les plus en éveil, en découverte...

    RépondreSupprimer
  24. Je me suis regalée avec ton gouter de p'tit beurre au beurre, et celui au pain +beurre + cacao (moi aussi j'y ai été addict) de Cathy's delight.... et là...tout à coup du fond de ma mémoire est ressurgi un vieux souvenir chez ma mémé des Pyrénées: la pénombre de la cuisine, la table et sa toile cirée (ben oui, c'était dans toutes les cuiisines à l'époque) et le bol de vin sucré coupé d'eau où l'on trempait des biscuits à la cueiller artisanaux faits par le pâtissier du village.....il n'y avait que chez elle qu'on donnait du vin aux enfants...ça avait donc un petit goût d'interdit aussi...
    Bravo chicken! Tu nous plonges en pleine nostalgie ..... et c'est bien agréable!

    RépondreSupprimer
  25. Et pour répondre aux quelques questions posées sur cette marionnette à doigt, c'est bien un ÂNE !!!

    Et c'est bien dans cette micro-boutique bleue dans du marais parisien où l'on peut en trouver...

    RépondreSupprimer
  26. J'ai passé toute mon enfance à la campagne dans un petit village du beaujolais. Je me souviens de mes goûters simples et savoureux quand je rentrais de l'école. C'était une grande tartine de pain accompagnée de pâte de coing ou de confitures succulentes faites maison. Je revois encore cet énorme pain au levain de 4 livres que le boulanger livrait chaque semaine, qui était rassis au bout de quelques jours mais toujours agréable à manger, on était loin du pain industriel !

    RépondreSupprimer
  27. Pourquoi ne suis-je pas normal Laurent ?
    Pourquoi n'ai-je pas moi aussi un souvenir de goûter ?
    A part les bonbons du petit magasin qui excitaient la petite fille que j'étais et que mine de rien je suis encore,
    je n'ai pas de souvenir de ces fameux quatre-heures...
    Non, ils n'ont pas été inscrit dans ma mémoire.

    Moi, ce que j'aime dans ton concours, c'est la manière dont tu as imaginé les positions de ton joli playmobil.
    Tout est là.
    Simplement le regarder
    et l'enfant qui est en toi
    apparaît.
    Très intéressant
    et surtout très touchant.

    RépondreSupprimer
  28. Ah, les souvenirs de goûters... ma grand mère, préparait des tartines beurrées et saupoudrées de Nesquik ! et je retournais piquer une cuillère de Nesquik à avaler comme ça, au risque de m'étouffer... ce qui est arrivé quelques fois ! Sinon, en Auvergne, en vacances d'été, ma mère préparait d'immenses tartines de pain de seigle (du vrai, bien acidulé !) grillées, beurrées CHAUDES pour que le beurre fonde dedans et généreusement tartinées de confiture de framboises maison toute fraîche faite de la veille... Je crois que c'est encore ma madeleine de Proust que je reproduis presque avec une tranche de pain poilane et de la confiture Bonne Maman (celle dans les pots allongés, moins sucrée et qui ressemble plus à celle de Maman)...

    RépondreSupprimer
  29. Ah, la, la, ton blog est de plus en plus gourmand, de plus en plus reveur. Ta plume s'affine de post en post. C'est merveilleux de venir te lire.

    Le souvenir simple mais qui enchantait mon enfance reste les chateau de crepes que preparait ma grand-mere. Fleur d'oranger, sucre, elle recreait des tours et rajouter quelques carrés de chocolat pour la porte et les meurtrières. J'en reste, encore aujourd'hui, très nostalgique. Elles avaient un moelleux particulier que je n'ai jamais pu tout a fait recreer. A la fac, elle m'en amenait un stock le week-end. L'an dernier, malgre un AVC qui l'a laissée fragile, a presque 90 ans elle faisait sauter des crepes pour tous les voisins...

    RépondreSupprimer
  30. J'ai deux forts souvenirs d'enfance :
    - le lait concentré nestlé. Il se présentait en berlingots, natures ou aromatisés.J'en prenais toujours dans mon cartable et, en classe, hop ni vu ni connu, je me baissais sous mon pupitre et en avalais une gorgée. Aussi, au goûter, je versais disons 5 cuillère à soupe de lait concentré dans un bol, méttais de l'eau chaude par-dessus et du chocolat en poudre, pour soi-disant, reconstituer un chocolat chaud, sauf que je mélangeais à peine : donc, après avoir avalé l'eau chaude chocolatée, le fond du bol était tapissé de lait concentré lègèrement tiède et légèrement chocolaté que je mangeais à la cuillère. comme dirait notre ami Lili : orgas....
    - second souvenir : les nougats/caramels de ma grand-mère, sur lesquels j'avais fait un billet ici : http://afoodiefroggy.canalblog.com/archives/2009/04/30/13560456.html

    Bonne lecture,
    Anne

    RépondreSupprimer
  31. Quand je rentrai de l’école, le bol attendait sur un plateau, la casserole de lait, elle, sur le feu. Ma grand mère me préparait un café au lait ou plus exactement un lait au café. Dans ce bol immense de lait, elle ajoutait quelques gouttes de cet élixir noir, juste la dose autorisée aux enfants mais qui donnait, aussi, le goût des grands… Jamais brûlant, je posais mes mains bien à plat sur ce bol, beige et or, qui me paraissait immense et je le buvais toujours d’une seule traite. Je le reposais réconfortée, l’estomac un peu lourd… Pendant des années, à Paris, j’ai commandé un grand crème bien blanc en insistant sur… le bien blanc… En entrant dans le bistrot, je m’étais assurée par un coup d’œil vers la cafetière que le lait utilisé était frais et pas UHT... Quand le serveur posait la tasse, immédiatement, je prenais la cuillère pour pousser la mousse à la recherche de cette couleur thé au lait que j’aimais …Souvent trop noir, je demandais un petit pot de lait mais je savais déjà que le gout recherché de mon enfance n’y serait pas.

    RépondreSupprimer
  32. Trop chou, cet article ! Vraiment mignonnes les photos, et c'est vrai que ce goûter de petits beurre.. un régal, quoi ! :)

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour Laurent,
    C'est un concours sympa le thème des souvenirs d'enfance ...
    "... Lorsque à ma demande, chaque jeudi, j'allais chez mes grands-parents, ma mamie me faisait toujours, un gâteau de semoule moelleux garni de bons et gros raisins et aussi du pain perdu dont je ne me lassais pas...
    L'après midi, lorsque c'était l'époque, j'allais cueillir les framboises au fond du grand jardin avec mon papy (plus tard je me suis aperçue que le jardin n'était pas si grand que ça !!!)
    J'aidais ensuite ma mamie à faire très vite les confitures (...enfin "je regardais les grosses bulles se former dans la bassine" et humait le bon parfum des fruits), et le lendemain avant de me raccompagner à l'école, ma mamie me servait cette bonne confiture sur des grandes tranches de pain grillé qui sentait si bon...
    Toute ma belle enfance est dans chacun de ces jeudis passés chez mes chers grands-parents.
    Bises,
    Patricia

    RépondreSupprimer
  34. @ Patricia : ah, les confitures des grands-mères... Je garde en mémoire celles aux mirabelles, moi... ;)

    RépondreSupprimer
  35. Quelle belle idée ce concours.. A voir les photos et lire le texte je me replonge dans mes souvenirs d'enfance ( qui je dois bien l'avouer ne sont pas si vieux que ça, lol) Mon goûter, à moi, chez ma grand-mère maternelle a eu un petit succès sur la blogosphère il ya quelque temps sous le nom de "fausse danette" au chocolat. Sauf que chez ma grand-mère, on appelait ça tout bêtement de la maïzena au chocolat. Servie dans une grande tasse blanche avec des grandes fleurs oranges si kitchs... Le must: quand la crème n'était pas encore refroidie, j'y trempais des langues de chat.. Miam miam

    RépondreSupprimer
  36. C'est ma grand-mère qui m'a donné le goût de la cuisine. Pas facile pour ma mère, piètre cuisinière, que l'on suppliait de nous faire de la purée "comme chez Bonne Maman". Plusieurs fois, elle a essayé de nous tromper avec de la purée mousseline améliorée, mais nous n'avons jamais été dupes de la supercherie. Elle s'est donc équipée à regrets d'un moulin à légumes, mais là encore rien n'y fit. On finit par en conclure que ma grand-mère avait tout simplement une sorte de pouvoir magique. Mais ma mère n'avait pas dit son dernier mot. Sachant que sa belle-mère n'utilisait jamais au grand jamais de produit industriel, elle nous convertit à sa cuisine grâce à sa botte secrète : les coquillettes jambon. Aujourd'hui encore, c'est mon "plat-doudou", celui que je prépare en cas de cafard où de lendemain de fête un peu difficile, et probablement celui que je préparerais à mon premier ptit bout.

    Merci pour ce concours!

    RépondreSupprimer
  37. Bon, je tente également !
    Alors, voyons, voyons, qu'est ce qu'il me vient en premier à l'esprit? eh oui, quand on est gourmande, les souvenirs sont souvent multiples :))
    Je vais privilégier la brioche maison de ma chère tatie Dada. J'ai souvenir d'aller soulever régulièrement le torchon pendant que sa pâte levait sur le radiateur...sur la pointe des pieds, les yeux juste à hauteur du saladier!
    Juste tiède avec une lichette de beurre...c'était le bonheur !

    Merci pour ce concours Mr Chicken !

    RépondreSupprimer
  38. MERCI pour vos participations (enregistrées par le ACITK Comité)... Encore un peu de patience pour les résultats !

    RépondreSupprimer
  39. Un souvenir, un peu lointain, des goûters de la semaine chez ma mamie... elle n'est plus là mais c'est l'un de mes meilleurs souvenirs gourmands !
    Lorsque j'étais venue à bout des croissants du paquet de mini viennoiserie qu'elle m'achetait pour la sortie de l'école, nous étions face à un vrai soucis : je n'aimais ni les raisins des mini chausson, ni le chocolat des pains au chocolat. Sur ce point, mon avis allait bien vite changer :) mais en ce temps là, point de chocolat ! Ma mamie, avait donc l'immense patience de retirer le chocolat des mini pains, qu'elle prenait soin de remplacer par mes 2 lubies de cette époque : soit de la gelée de coing soit du Chaussé aux moines ! Un pur régal ! Le petit pain sucré avec le fromage salé, n'a pas d'égal dans mes souvenirs d'enfant !

    RépondreSupprimer
  40. Quel chouette concours !
    Le souvenir de mes goûters d'enfance est tout à fait limpide !
    Ma petite Maman me préparait des petits choco (les choco Prince exclusivement !! au chocolat tout chocolat ou les moitié chocolat noir moitié chocolat au lait !). Si elle avait plus de temps, elle me confectionnait des petites tartines de beurre avec du cacao ou du chocolat râpé ! Quel délice !!

    RépondreSupprimer
  41. Mon plus joli souvenir culinaire, ma madeleine de Proust, est associé à une personne que j'aime énormément, une tante généreuse qui fait la cuisine avant tout pour les autres...Ce sont ses délicieuses petites crèmes au caramel qu'elle prépare avec les oeufs de ses poules. Crémeuses et fermes comme il faut, avec un goût de caramel parfait...je n'ai jamais retrouvé cette saveur ailleurs. Il fût un temps où je lui ai demandé de me donner la recette que j'ai testée à la maison. Je n'ai jamais réussi à retrouver ce goût et cette texture tant aimés jusqu'à ce que je perde la recette dans un déménagement. Depuis, pour rien au monde je ne chercherai à reproduire sa recette parce que finalement, je veux que ces fameuses petites crèmes restent associées à ma tante pour toujours. Car depuis toutes ces années, à chaque fois que je viens la voir, je sais que des petites crèmes au caramel faites avec amour m'attendent...

    RépondreSupprimer
  42. Pour moi c'est plus un souvenir gustatif que proprement culinaire, parce qu'il ne nécessitait aucune préparation d'aucune sorte.
    Je devais avoir vers les 7 ou 8 ans lorsque j'ai découvert avec ravissement, et pour la première fois suivie de beaucoup d'autres, La Guerre des Boutons de Louis Pergaud.
    Et d'aussi loin que je me souvienne, l'enchantement qui a été le mien en découvrant sa description du festin de sardines en boîtes lorsque les garnements qui peuplent le livre se font leur petite dinette bien à eux, rien qu'à eux, a été le déclencheur dans la compréhension du bonheur que peut apporter la nourriture et de façon plus générale la cuisine dans une vie.
    Tout y était : ce plaisir malicieux et coupable d'avoir volé la boîte (un larcin d'autant moins méchant qu'il était nécessaire car les enfants ne mangeaient pas souvent à leur faim), l'extase qu'ils ont ressenti en goutant les morceaux de poisson divisés encore et encore puisqu'ils étaient trop nombreux (même qu'il y en a un qui n'a eu que l'huile...), tout lapper jusqu'au dernier suc en y trempant les morceaux de pain bis...
    Bref c'était magique pour moi et d'autant plus prégnant que mes grands parents possédaient des parts dans une conserverie de poisson (mon grand père était pêcheur... de sardine en Méditerrannée!).
    Le plaisir de lire et de manger dans une seule et même géniale idée.
    Donc c'était ce souvenir que j'essayais de retrouver en ouvrant une de leurs boîtes de sardines, moi l'enfant bien nourrie, blanchie et aimée, je me mettais dans la peau d'un des garçons de la Guerre des Boutons et je tentais d'apprécier les petits poissons autant qu'ils l'auraient fait eux.
    J'y pense toujours aujourd'hui lorsque j'en ouvre une boîte pour mes enfants, et quand elles seront en âge de lire je pense que je leur glisserais rapidement Louis Pergaud entre les mains.

    Pas un hasard si Marabout a intégré dans cette collection des recettes cultes les boites de sardines... Ce sont finalement de vrais produits d'enfance... :-)
    Je pense qu'il sera mien d'une façon ou d'une autre, quelle que soit l'issue du concours... ;-) (on m'a déjà offert la Vache qui rit et il est super!!)

    En tout cas bravo pour cette belle idée de concours, et merci de m'avoir permis de partager ce souvenir aujourd'hui.

    A bientôt
    Zazazsu

    RépondreSupprimer
  43. Mes parents et moi avons toujours vécu loin de ma famille à cause du travail de mon père. Nous habitions le Nord, et eux la Normandie, si bien que pour ne pas perdre le contact, mes parents et moi parcourions les cinq-cent kilomètres qui nous séparaient des nôtres plusieurs fois par mois. J'ai toujours été sujette au mal des transports en voiture, et ces cinq heures de route se révélaient être un enfer pour moi. Malgré cela, j'avais toujours le réconfort de savoir que lorsque le mal se ferait trop sentir, ma mère dégainerait sa botte secrète et que l'espace d'une minute, mon mal s'évanouirait pour ne laisser place qu'à un plaisir intense... Je saisissais de ma petite main avide le triangle de carton libérateur, en déchirait fébrilement un bord, le portait à ma bouche et soudain, c'était l'explosion de saveurs et de parfum vanillé. Le lait concentré sucré inondait ma langue, montait jusqu'au palais et affluait dans ma gorge. C'était bon à se damner !
    Jusqu'à aujourd'hui, le mal des transports ne m'a jamais quittée et je parcours encore fréquemment ces cinq cents kilomètres qui me séparent des miens, malheureusement mes meilleurs alliés, mes regrettés berlingots, ont quant à eux disparu.

    RépondreSupprimer
  44. Hey ! Super sympa les photos ! J'adore !!
    Surtout la 3e, avec le "portrait" de l'âne !

    Très sympa aussi, l'idée du concours. Je ne me sens malheureusement pas très inspiré aujourd'hui, mais je souhaite bonne chance à tous les participants !

    RépondreSupprimer
  45. ouh-là, la dead line c'est aujourd'hui !

    Vu que comme Nilufer, j'ai pas spécifiquement de madeleine de proust, j'admets avoir un peu galèré.
    enfin ça y'est, j'ai quand même envoyé un pdf à m'sieur Chicken (me suis fendu d'un crobart pour amadouer la bête, qui sait, j'aurai ptêt plus de chance qu'au concours de Bento&co).

    En tout cas, comme dirait Georgie, "Good night, and good luck."

    RépondreSupprimer

newer older home

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...