26/06/2011

Le clafoutis à rien

Le rien a bon goût, détrompez-vous ! Ni trop sec, ni trop mou, ni trop sucré, ni trop salé, fondant sous la langue et le ravissement des gourmands... Et puis, il faut dire que le rien est relativement économique et facile à trouver en ces temps (mais tant...) de crise. Certains en font l'éloge, comme d'autres, de la paresse. Petits développements philosophiques. Bobin écrit qu'il "ne (faut) rien prévoir, sinon l’imprévisible, ne rien attendre, sinon l’inattendu." Juste mais vaste programme...

Attendez-vous à ce que ces délicieux clafoutis ne ressemblent à rien ! Ils montent, montent à la cuisson, puis s'abaissent et s'affaissent à la sortie du four comme le dernier souffle d'un soufflé oublié... Ne cherchez pas, c'est méta, physique... ;)

Il vous faudra pour ces quelques petites douceurs, allez, trois fois rien :

500 g de rien (ou framboises, cerises, etc...)
4 œufs
100 g de sucre
80 g de farine
25 cl de lait
30 g de beurre
1 sachet de sucre vanillé
1 pincée de sel

Préchauffez votre four à 210°C. Dans un saladier, tamisez la farine. Mélangez le sucre, le sel, puis creusez un puits au centre et incorporez les œufs. Versez le lait froid peu à peu pour délayer la pâte et la rendre homogène. Faites fondre le beurre sans le chauffer, puis incorporez-le au mélange. Beurrez le plat ou des petits ramequins, versez au fond quelques cuillères de pâte et enfournez quelques minutes pour former une petite croûte. Versez ensuite le rien (ou les fruits) au fond du moule et recouvrez de pâte. Remettez au four 45 minutes et saupoudrez de sucre vanillé à sa sortie.

φ

Et n'oubliez pas le concours du Poulet-Marabout, des livres à gagner jusqu'au 17 juillet, dernier délai !

19 commentaires:

  1. celui qui n'a rien...a tout ...
    vaste sujet...ne rien prévoir...qui c'etait moqué gentiment de moi quand j'ai dit cela il y a à peine une semaine ?
    mais revenons à ce qui a retenu mon souffle (é) ...qu'est ce c'est que cet essai... mine de ...rien au nom du poulet sur la première photo?
    Un leurre ou un attrape cœur ?

    RépondreSupprimer
  2. Oh non, non, je ne m'étais pas moqué ! Mais le sujet est vaste... Il vaut bien un essai qui pourrait bien être un attrape-leurre...

    RépondreSupprimer
  3. Le rien deviendrait presqu'un luxe de nos jours... J'aime imaginer que la phrase de Bobin s'applique à ma philosophie de vie. Plus facile à dire qu'à faire, l'imprevisible et l'inattendu étant malgré tout des denrées rares...

    RépondreSupprimer
  4. Un clafoutis pour moi sinon rien!

    RépondreSupprimer
  5. C'est ce qu'on pourrait appeler une base! A agrémenter au gré des envies!

    RépondreSupprimer
  6. J'aime ce clafoutis à rien mais les noyaux me manquent déjà et ça...c'est pas rien.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai découvert Bobin avec "Tout le monde est occupé"
    puis j'ai poursuivi avec le reste.
    Je crois les avoir tous lu.
    Sauf ce "Rien".
    Ils accompagnent bien je trouve.
    Parfois, je m'amuse à piocher un Bobin au hasard.
    Les yeux fermés, je sélectionne une page, puis je lis
    celle qui s'est offerte à moi.
    Un petit jeu cucul mais finalement pas tant que ça
    car il y a toujours un mot, une phrase, une pensée qui parle.
    Je l'aime bien ce Monsieur.

    Ton clafoutis..heu....comment dire ça...heu...
    on dirait une tranche de pain grillé :)))
    bon ok je sors
    surtout que le mien était trop cuit et bourré de cerises...pas dénoyautées! parce que la miss est bien trop flemmarde...

    RépondreSupprimer
  8. ah mais non, Nilufer, tu n'es pas flemmarde ! on n'enlève jamais les noyaux des cerises du clafoutis !

    RépondreSupprimer
  9. @ Mélo : l'inattendu et l'imprévisible... Ils rentrent parfois aussi dans nos recettes...

    @ Bwak : euh... quel joli jeu de mot ! :p

    @ Gen : des envies de rien, par exemple ? :))

    @ Valérie : les noyaux, les noyaux, moi je m'en passe bien (j'ai bien dit...) !

    @ Nilufer : hum ? Regarde bien le nom de l'auteur du livre ! Je vais mettre çà sur le coup de la fatigue du travail... Quant à ma tranche de pain grillé, eh bien, elle était très bonne ! J'vous jure, ce qu'il faut entendre... ;)

    @ Isabelle : tu as raison, c'est pour çà que je les préfère aux framboises, les clafoutis !

    RépondreSupprimer
  10. heuuuuuuuuuuuuuuuuu
    je te jure
    c'est la fatigue du brouillard
    si si crois-moi ;)
    Bassine verte ?
    Tu vas faire trempette ?
    hihihihihihi
    courage l'ami

    RépondreSupprimer
  11. Ouais, bon, c'est un flan, quoi...
    OK, je sors...

    La tueuse de poésie

    RépondreSupprimer
  12. @ Nilu : comment tu sais que ma bassine est verte ? Hum ?

    @ Anne : n'oubliez pas le guide avant de sortir !!! (un flan, j'vous jure... pfff... ;))

    RépondreSupprimer
  13. On est tou(te)s Clafoutis Addict à rien, ou autre ;-)

    A bientôt...

    RépondreSupprimer
  14. Simple et rafraichissant ce petit rien. Je l'essaie avec des fraises! Elles sont en abondance en ce moment.

    RépondreSupprimer
  15. Et bien hier, j'ai clafouté avec presque rien (ni lait ni farine), c'était si bon. C'est rien de la dire

    RépondreSupprimer
  16. Ça tombe bien! En ce moment j'ai envie de ne rien faire....

    RépondreSupprimer

newer older home

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...